Oana Popescu

Psychologue clinicienne et psychothérapeute, ma pratique libérale se nourrit de différentes expériences auprès des personnes de tous âges. Dans le cadre du soin individuel ou groupal, aussi bien que dans le travail en équipe pluridisciplinaire en institution, ce que je mets au cœur de ma pratique est l’engagement dans un dialogue co-construit (nous avançons ensemble).

Ma contribution à la formation des futurs professionnels du soin psychique (et de l’humanitaire, jusqu’à récemment) au sein de l’Université enrichit ma vision du monde actuel et par conséquent, ma pratique de psychologue.  

 

Prendre RDV en 2 Clics :

Doctolib logo fitted copie

 

Ou : 

 

 

oana_popescu@live.com

 

 

Parcours et Formation :  

 

▪ Expériences en institutions

- Associationveillant au bien-être psychologique des étudiants

- Accueil de jour gériatrique

- Enseignement: interventions (niveau master et licence) dans deux Universités lyonnaises

- Coaching individuel (collaboration avec une société spécialisée dans la formation continue)

▪ Terrains de formation

- Maison d’enfants à caractère social (enfants de 3 à 10 ans) 

- Cabinet libéral spécialisé dans les troubles du spectre autistique 

- Hôpital psychiatrique (pédopsychiatrie et psychiatrie adulte) 

- Association spécialisée dans l’accompagnement des personnes avec autisme et de leurs familles 

- Policlinique (public adulte)

- Société de psychothérapie (pratique psychothérapeutique sous supervision)

▪ Diplômes

- Master 1 et Master 2 Professionnel de Psychologie Clinique de la Santé à l’Université Lumière Lyon II

- Master de Diagnostic Psychologique et Psychothérapie Expérientielle à l’Université de Bucarest 

▪ Formations complémentaires

- L’affirmation de soi comme outil thérapeutique

- Prise en charge du traumatisme psychologique

- L’accompagnement des jeunes consommateurs de produits psychoactifs et la mise en place des projets de prévention des conduites à risque

- Traitement comportemental et cognitif des troubles des conduites alimentaires

- Prévention et prise en charge de la crise suicidaire  

 

Tarif 2

 

Posture clinique : 

les grandes lignes de ma pratique

▪ Une approche intégrative de la psychothérapie

C’est la description la plus brève que je puisse donner à ma pratique. Mes études universitaires dans deux pays, ainsi que mes expériences professionnelles auprès des adultes, adolescents et enfants, ont représenté autant d’occasions de découvrir les atouts d’une approche éclectique. Une approche qui met l’accent sur l’univers intérieur de la personne qui consulte, sur son contexte de vie, et qui adapte la thérapie à ses besoins. 

Face à l’immensité du corpus théorique de la psychothérapie, il est tentant parfois de vouloir établir des limites très précises quant à son approche. Ma pratique me montre, en revanche, la richesse offerte par une approche inspirée des multiples courants et les effets positifs que l’articulation de leurs différents outils peut apporter au patient au long des séances.   

Plus précisément, j’utilise :

- des éléments et outils cognitivo-comportementaux, visant à aider la personne à dépasser ses difficultés en s’appuyant sur les interactions entre pensées, émotions et comportement

- des éléments provenant de la thérapie humaniste et existentielle, une approche centrée sur la personne et considérant la personnalité humaine dans sa globalité (démarche holistique). Ces aspects orientent ma pratique dans la direction d’un accompagnement du patient vers son autonomie, sa capacité d’autodirection, et des choix de vie plus en accord avec ses valeurs. Toujours dans cette optique, une place importante dans la psychothérapie est accordée aux questions survenant lors de la confrontation de l’individu auxfondamentaux de l’existence (comme le rapport à la mort, la liberté, l’isolement et la question du sens).

- des éléments appartenant à l’approche psychodynamique, permettant d’expliquer l’interaction des forces en conflit au sein du psychisme, à plusieurs niveaux de conscience, ou permettant d’avoir un éclairage sur les différents styles relationnels des êtres humains (théorie de l’attachement). 

 

▪ La relation thérapeutique

Nous savons de nos jours que la qualité de la relation thérapeutique prédit le mieux le succès de l’intervention, quelle que soit l’approche du thérapeute. Cette relation est un aspect auquel j’accorde beaucoup d’importance. J’estime que cela ne suffit pas de se sentir à l’aise, en confiance avec "son psy"; il est aussi nécessaire de voir, d’une séance à l’autre, que le savoir-être et le savoir-faire du professionnel en face, conjugué à l’implication de la personne qui consulte, rapprochent celle-ci progressivement de ce qu’elle désire obtenir.

Pour moi, la relation entre patient et psychothérapeute est avant tout un lien d’être humain à être humain. Nous sommes des "compagnons de route" : nous faisons,  ensemble, un chemin vers un objectif commun. Mon rôle dans cette relation est de libérer en dialoguant, comme disait Irvin D. Yalom (psychiatre et psychothérapeute existentialiste). 

▪ Le changement en psychothérapie

Lorsque les personnes viennent consulter et commencent une psychothérapie, elles attendent un changement par rapport à un mal-être. Le but même de la psychothérapie est de favoriser, chez celle ou celui qui consulte, des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, sa personnalité ou dans son état de santé.

En pratique, nous découvrons aussi que le chemin qui mène vers le changement espéré est souvent parsemé d’obstacles et parfois d’ambivalence. C’est un chemin vers l’inconnu et l’inconnu fait peur. 

Le rôle du psychothérapeute est d’adapter en permanence son intervention durant ce processus de changement, généralement graduel et progressif, non linéaire, afin d’accompagner le patient à son rythme. 

J’estime aussi que les séances avec le psychologue sont une "répétition générale" des changements que l’on veut mettre en œuvre dans la vie de tous les jours: par conséquent, une psychothérapie réussie doit permettre à la personne de transférer ce qu’il y a de changé en elle, dans le cadre de sa vie quotidienne.